Billet du Quotidien / 06-03-17

Les jours s'allongent, le ciel se dévoile, la lumière réveille le Monde.
Notre étoile est une mère aimante qui, l'hiver durant, nous manque viscéralement. Coupés de sa chaleur, nous finissons par croire qu'elle ne reviendra jamais. Mais avec l'aube, nos espoirs renaissent, et c'est chaque fois un réjouissement d'autant plus fort que l'attente fut longue.
Si tu dois être triste, sois-le pleinement. Après la nuit, ta joie sera solaire.

Billet du Quotidien / 03-03-17

Le mal, ce n'est pas une voix dans ma tête, c'est l'absence de mots autour de moi. Plus ce silence perdure, plus je sens l'horizon s'éloigner. Je veux dormir jusqu'à ce qu'une voix vienne me réveiller. Mais le sauveur n'arrive jamais, il ne veut pas venir. Il s'est sauvé. C'était trop pour lui, et pas assez pour moi.
Je suis si seul, si terriblement seul. Et si fatigué d'être seul, de ne rien entendre venir. Il n'y a plus aucun murmure autour, que le bruissement de mes maux qui froissent les draps. Je me retourne, personne n'est là. Et j'en souffre si fort qu'il me semble parfois que ce silence va me tuer.

 

Billet du Quotidien / 02-03-17

Je me couche plein de questions et d'équations insolubles. La nuit porte conseil, les rêves font leur travail, revient au jour d'en tirer les conclusions :  tout est bon à jeter, ou presque.
Aucune importance. Le principal, c'est que je sois arrivé à dormir.

Billet du Quotidien / 28-02-17

Il y a des amours aussi ténues qu'un lac gelé au sortir de l'hiver. Un faux pas, et la surface cède. On vous avait pourtant juré que rien ne pourrait faire craquer la glace, qu'elle était éternelle à l'instar des étages nivaux. Mais loin des sommets, on réalise que tout est fragile, et terriblement conditionnel. Car oui, il y avait une condition à cet amour. Il fallait savoir marcher sur l'eau, à la façon d'un prophète, ou voleter légèrement au-dessus, à la manière d'un ange. Pas question d'être humain, de pouvoir déraper. Trop lourd à supporter. La preuve, à la première chute, la glace rompt. L'homme se noie, et personne pour l'aider à s'en sortir. Au contraire, on lui appuie sur la tête. On le regarde s'enfoncer et disparaître, pareil aux sorcières de l'inquisition coupables de ne pas savoir flotter.
Par chance je n'ai pas peur du froid, ni de l'ombre des profondeurs. C'est là d'où je viens. J'y repose en paix.

Réflexion du Soir / 24-02-17

Tout ce que nous ne voyons pas arrive quand même. Tout ce que nous ne connaissons pas existe bel et bien.
Ce que nous savons n'est qu'une éventualité. Jusqu'à ce que l'ignorance nous rattrape au premier imprévu.
Haut de Page